Le projet global Keur Badiene

lundi 29 juillet 2019
par  fatoukaba
popularité : 16%

Le projet du centre Keur Badiene dédié à la petite enfance et à la formation et l’insertion de femmes, consiste en un bâtiment en rez-de-chaussée et 2 étages qui comprendrait :

Au rez de chaussée :
- une école maternelle de 3 classes, autour d’une cour entourée d’une galerie couverte, avec une garderie, une cuisine, des sanitaires et le bureau de l’administration. Elle permettra de transférer dans des locaux adaptés la maternelle existante et de libérer des salles pour desserrer les classes d’élémentaires surchargées.

- une boutique sur rue.

Aux 1er et 2e étages :
- une grande salle polyvalente pour les réunions de parents d’élèves, spectacles ou autres événements de l’école. Elle peut être utilisée pour des causeries et des activités et louée pour des événements familiaux ou associatifs, le quartier n’ayant pas de salles.

- une pépinière d’activités génératrices de revenu pour des femmes (cuisine, teinture, transformation de céréales…), avec un accompagnement pour leur gestion. Elles participent aux frais de fonctionnement de la structure et la quittent lorsqu’elles ont acquis suffisamment d’autonomie, pour être remplacées par d’autres.

- des espaces pour les formations organisées par le centre : principalement à destination des femmes : cours de français, alphabétisation, accompagnement à la création et la gestion d’activités ainsi que des formations au français et à l’informatique pour tous publics. Les 3 salles de formation prévues (50, 20 et 20 places), ainsi que parfois la grande salle, accueilleront aussi les activités de formation des femmes médiatrices et de sensibilisation menées par des ONG dans ce quartier (nutrition des nourrissons, VIH, MST).

- une salle de formation à la couture pour 10 femmes, avec un accompagnement qui leur permettra d’acquérir une machine simple à la fin de la formation.

- une permanence d’écrivain public et d’assistance juridique de premier niveau.

- 4 chambres louées pour l’essentiel à des volontaires en mission dans le quartier.

Et sur le toit
- un jardin maraicher hors sol, sur le toit du bâtiment- faute de terrain-, pour alimenter la cantine et servant aussi de jardin pédagogique scolaire. Ce jardin, est tenu par des femmes qui seront formées à cette activité. Composé d’éléments amovibles, il sera implanté sur le toit du rez-de-chaussée et transféré sur le nouveau toit après construction des étages supérieurs.

Les plans de l’avant projet ont été bénévolement par notre architecte bénévole, missionné par l’association de retraités AGIRabcd, notre partenaire dans ce projet.


Commentaires