Lucie, février 2022... travail et loisirs

mercredi 27 avril 2022
par  fatoukaba
popularité : 14%

Mon dernier billet a déjà deux mois ! Le temps passe, je suis déjà presque à la moitié de ma mission. Au fur et à mesure que cette dernière avance, les amitiés et les rencontres se renforcent. Il m’arrive parfois de penser au moment des au revoirs. Ils risquent d’être difficiles.

En attendant ce changement de chapitre, je profite du Sénégal à chaque minute. Des rituels se sont imposés ! Vendredi soir, c’est rituel ataya et awalé avec Moustapha. Samedi matin, c’est cuisine avec certains élèves de KFK, où l’on s’initie à quelques recettes, comme les crevettes sautées, les fatayas ou encore les salades de fruits au chocolat et les crêpes. Les deux objectifs de ce dernier rituel : s’amuser, mais surtout ne pas se brûler. Puis, le mercredi soir, un rituel bien moins rigolo mais tout aussi nécessaire : la lessive !

Les week-ends me permettent de bouger. En deux jours, on peut parfois faire beaucoup de choses. J’ai rendu visite à la Gambie, à Toubab Diallow, parfois à Dakar et à sa belle plage des Mamelles, à Toubakouta, etc. Les week-ends qui arrivent seront tout aussi chargés, vers les visites de Gorée, de l’île de la Madeleine, de nouveau N’gor, puis l’accueil de Catherine, Françoise et un oncle, qui sont attendus impatiemment. Le mois de mars s’annonce rempli, comme tous les précédents.

J’ai commencé mon billet par des paragraphes qui racontent le côté festif et loisir de mon aventure à Guediawaye, mais le travail reste la majeure partie de mon temps. Il est vrai qu’il me prend beaucoup d’énergie. On avance avec les classes. Les évaluations d’informatique commencent ce mois-ci, afin d’avoir une note avant les vacances de Pâques. Les différents objectifs sont atteints : le respect du matériel, la position devant un ordinateur, le click et le double click, faire des recherches, utiliser le traitement de texte, faire la différence entre Word et Mozilla Firefox, … J’espère et j’essaye de garder une pédagogie positive et encourageante.

Les moments de classe en informatique sont des instants éducatifs différents, où la prise de parole et l’expression de son opinion restent primordiales et valorisées. Je pense que les enfants l’ont saisi et ainsi, nous créons davantage d’échanges.

Pour la bibliothèque, les emprunts fonctionnent toujours. Il y a un réel travail du côté de la réparation des livres, qui à force d’être manipulés sont abîmés. Quand j’ai le temps et l’énergie, je fais la lecture d’une histoire à certains de temps de midi. Les lectures libres se font de plus en plus rares, car les enfants quittent l’école de plus en plus tard, donc c’est de moins en moins compatible. Mais, dès que l’occasion se présente, la bibliothèque ouvre ses portes à quelques lecteurs demandeurs.

Globalement, beaucoup de positif, je suis très reconnaissante de mon aventure. A très bientôt pour les nouvelles.

L’équipe des "tatas" le jour de la fête des femmes

Commentaires